Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 14:58

Ah, la divine roussette ( grande chauve-souris ) …

Mmm les cuisses de nymphes… (oui euh... de grenouilles en fait)

Ohhh un crocodile !!!


                            crocodile mada 

Non ce n’est pas ce que je suis en train d’admirer dans un parc naturel de Madagascar, mais bien ce que vantent les guides touristiques chez certains restaurateurs…

Encore des plats pour touristes et des adresses pour touristes en mal d’exotisme, car heureusement ce ne sont pas les spécialités de la cuisine malgache mais de quelques buisines man cuisiniers qui ont trouvé le truc pour attirer une certaine clientèle (et la pub dans les guides). Pourquoi inciter les lecteurs à manger ces animaux qui, pour certains, sont protégés dans d’autres pays ? Les enquêteurs de ces guides ont-ils été nourris gratuitement ou reçoivent ils une commission sur les aditions ? Pourquoi ne parlent ils pas, à la place, des savoureux légumes et fruits que l’on trouve à profusion sur les marchés et en bonne place sur les cartes des restaurants ?


                 marche tana 2-copie-1               marche tana-copie-1
Pour ma part, je me suis régalée avec des assiettes toutes simples de légumes : jamais je n’avais mangé de légumes plus frais et cuits juste à point ; ils sont un brin croquants, et ont beaucoup de gout.

J’ai notamment mangé des carottes et petits pois revenus au miel, des haricots verts et aubergines au lait de coco, ou des assortiments de légumes vapeur. Succulents !


                            achards 

Le fromage de zébu vendu par les petits producteurs dans la rue est bon (ceux des supermarchés sans gout), le vin d’Ambalavao est appréciable, les œufs sont toujours frais, d’ailleurs chacun laisse courir ses poules un peu partout ; l’appellation « élevées en plein air » prend ici tout son sens.

 

Les féculents et graines sont mises à toutes les sauces : le riz surtout, mais aussi des haricots blancs, des lentilles de toutes les couleurs et des pois chiches.

 

Et que dire des fruits ? eh bien, on a le choix : pommes, fraises, prunes, pêches, abricots dans les hauts plateaux, les lychees en novembre-décembre, bananes, ananas, kakis, goyaves, cocos, oranges, les avocats et mangues en saison, et tous les fruits que je ne connais pas ou dont j’ai oublié le nom. En plus leurs prix au marché sont dérisoires alors il ne faut pas se priver. 

Manger 5 fruits et légumes ici par jour, y’a rien de plus facile, de plus bio, et de moins cher !!! Profitons-en !

 

                               marche Tulear2                             
Bref, autant dire qu’un végétarien ne manquera de rien à Madagascar, il mangera même mieux qu’en France et pour bien moins cher !


                                                     BON APPETIT 

Repost 0
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 15:45

 

J’aime tout de suite cette ville de bord de mer, la rue principale des arcades, le marché très animé, la mer qui se retire très loin, les rues qui se vident l’après-midi quand le soleil est trop chaud pour bouger.


 epicerie c   zebu embleme c   pousse pousse
On peut sillonner les rues du centre à pied ou à vélo, l’ambiance est très agréable ;  grâce à la rencontre d’un couple malgache, on me propose une chambre à l’hôtel « le récif » avec clim, TV, sanitaire eau chaude et immense piscine devant la mer pour 15 000 Ar (50% remise). Un peu de confort moderne va m’aider à oublier les nausées, étourdissements, fatigue, estomac retourné de mon voyage en transport en commun !

tulear  fruit baobab c

En plus on mange bien à Tuléar, il y a plusieurs endroits où on trouve de très bonnes viennoiseries, des restaurants bien et pas cher (malheureusement « la bernique » est fermé depuis et pour quelques mois), le marché pour les fruits, et surtout la terrasse du restau « La Terrasse » d’où l’on peut regarder la vie locale et … touristique ; jusque là je n’avais pas croisé plus de 5 « vazas » pendant mon séjour et en voila tout de suite une dizaine sur cette terrasse, ça fait bizarre ! Je reviendrai plus tard sur ce sujet.


langouste  marche Tulear4
Pendant presque 3 jours je profite bien de la piscine et du magnifique coucher de soleil sur la mer juste devant, je parcours la ville à pied, vélo et pousse-pousse ; les endroits que je préfère sont les routes qui deviennent des pistes vers la route d’ifaty et la route qui longe la mer, tout au bout il y a les charrettes à zébus qui traversent la plage et vont chercher ou porter les chargements des pirogues.


                                    tulear charrette 2
Avant de partir pour Mangily, je vais à « l’Eden hôtel » et « chez Alain », 2 hôtels appréciés des agences qui envoient souvent leurs clients et taxis.

Énormément de vacanciers choisissent de descendre la N7 en taxi et de remonter de Tuléar à Tana en avion, ainsi leur taxi doit remonter à vide à Tana. Le très bon plan consiste ici à trouver un taxi qui remonte à vide et négocier le prix et les visites, sachant que l’essence est déjà payée par le client précédent. ; donc on fait directement affaire avec le chauffeur qui est ravi de se faire de l’argent au noir, c’est tout bénéfice pour lui.

Je laisse mes coordonnées et la date de mon départ à la réception, en espérant trouver un transport moins fatiguant au retour.

 

Repost 0
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 13:31

 

 

Il faut être à 7h00 à la gare routière pour réserver une place devant, finalement nous ne partons qu’à 9h30.
Il y a des tas de contrôles routiers soit par les gendarmes, soit par les militaires qui nous bloquent pas mal de temps ; il y a aussi des arrêts surprise pour dire bonjour à un copain, ou déposer de l’argent à la famille, il y a aussi la femme qui a oublié son sac à main chez elle il faut faire demi-tour et l’attendre un quart d’heure, et il y a les gens qui veulent descendre devant leur porte même si on vient de s’arrêter 20 mètres avant, alors on recommence, on enlève la bâche du toit et descend tous les bagages jusqu’à ce qu’on ait les bons, on remet tout sur le toit et fixe la bâche.

 

Personne ne s’impatiente sauf moi ! Mais comment font-ils pour être si zen ? Personne ne se plaint ou s’énerve, les enfants sont sages, c’est incroyable. J’aimerais vraiment être comme ça, je n’y arrive pas, quelle est donc la recette ?

paysage sud RN7 c    ambalavao c 

Encore une fois, les paysages sont très beaux, je décide de m’arrêter au retour à Ambalavao, village apparemment charmant, calme et pittoresque ; la route qui traverse ensuite le parc d’Isalo me donne aussi envie de m’y arrêter au retour. Au fur et à mesure que nous approchons du sud, le paysage change encore, ça devient désertique avec surtout des palmiers, puis des baobabs, magnifique…

route d'Isalo 2    village traditionnel sud c

Nous arrivons enfin à 20h00, en pleine nuit, ces 3 jours de taxi-brousse m’ont fatigué mais je n’ai pas perdu mon temps, les paysages sont vraiment splendides et j’ai glané plusieurs pistes pour remonter en taxi privé pas cher. En attendant je vais me poser 3 jours à Tuléar pour un peu de repos.

                            baobab sud Madagascar c

Repost 0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 18:14

Départ en taxi-brousse pour Antsirabe, ville aérée et sympathique ; 3 heures de route et déjà des paysages superbes de rizières, de maisons rouges, des scènes de vie incroyables (pour moi mais normales pour ici).

sur la route  zebus en route

                                  riziere 2
L’arrivée à la gare routière est un peu chahutée, tous les pousse-pousse parlent en même temps, essayent de prendre mes bagages, et toutes les compagnies de taxi-brousse veulent m’inscrire pour la prochaine destination.

Finalement je prends le premier hôtel en vue qui s’avère un très bon choix : juste à coté de la gare routière dans une rue tranquille, l’hôtel HGT est propre, calme et l’accueil agréable (chambre double à 20 000 Ar avec sanitaires et eau chaude).

Petit tour de la ville : flânerie dans les rues pour regarder les maisons de style colonial, les pousse-pousse, la vie locale ; un agriculteur me propose du fromage de zébu qui n’est pas mauvais du tout ; j’achète quelques bananes comme en-cas en attendant le diner mais finalement je les donne à un enfant qui me demandait de l’argent.

                                             scene de rue4 c
Le lendemain matin, grand marché du samedi ; en fait je ne le trouve pas plus intéressant qu’un autre, les chemins sont très étroits et les odeurs pestilentielles, j’aurai mieux fait d’aller visiter les lacs ; tant pis, je le ferai au retour !

N’ayant pas pris le premier taxi-brousse du matin (vers 7h00) pour Fianarantsoa, je dois attendre que toutes les places soient achetées pour partir, et ça peut durer longtemps… en effet, on  ne part que 2h30 plus tard ; la route est longue jusqu’à Fianarantsoa, environ 7h00, mais les paysages sont superbes, j’adore les rizières, les maisons rouges, tous les tons de verts ; ce qu’il y a de bien c’est que les rizières sont toutes à des stades différents : labour, semis, sous eau, repiquage, fauchage, etc… du coup il y a beaucoup d’activité dans les champs et on voit toutes les étapes du travail du riz.
                 hautes terres6            taxi brousse

Je prends pas mal de photos à la volée, beaucoup sont floues, dommage, je tourne la tête dans tous les sens pour profiter de tout ce qu’il y a à voir et commence à avoir un petit mal des transports après seulement 2 jours de taxi-brousse.

En plus les malgaches ont la fâcheuse habitude de dormir ou somnoler la plupart du temps dans le taxi-brousse et se laissent balloter de gauche à droite contre leurs voisins au rythme des virages ; hier j’ai repoussé les 75 kg de ma voisine qui venait s’affaler sur moi à chaque virage à gauche, aujourd’hui c’est un jeune d’environ 80 kg qui me dit avoir trop bu hier soir et fait la fête toute la nuit, ça commence à me saouler un peu…

Heureusement les paysages sont beaux, très beaux.

hautes terres  hautes terres2

Nous arrivons finalement à la nuit tombée à Fianarantsoa, dans une gare routière surpeuplée, ou tout le monde veut me vendre quelque chose : hôtel, taxi, programme du lendemain, excursion, taxi-brousse, tout  SAUF ce que vient chercher ici : le train !!! Hé oui, j'apprends qu’il n’y a plus qu’une seule locomotive depuis quelques mois, le prochain départ n’aura lieu que dans 2 jours ; j’avais pris la peine de vérifier les horaires sur internet, dommage !

Il fait nuit, il pleut, la ville est grande et peu sure la nuit, j’ai hâte de prendre un hôtel et décide de partir dès demain pour Tuléar ; je prendrai le train en remontant.

 

Repost 0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 14:42

D’abord, le couch-surfing, c’est quoi ?

traduction littérale : surfer sur les canapés ; c’est un site internet qui permet d’entrer en contact avec des milliers de gens à travers le monde, et de faire des rencontres, d’échanger nos idées, de découvrir des cultures et surtout de vivre des moments d’échange avec des personnes vivants dans le pays choisi ; ça permet aussi de loger chez l’habitant.

 

Je me suis inscrite il y a quelques semaines et ai contacté une douzaine de personnes parmi les 30 inscrites à Tananarive ; 2 m’ont répondu dont une est disponible et prête à me recevoir.

 

Niry, une jeune femme de 28 ans vit dans sa belle-famille, au centre de Tana ; elle a perdu son travail dans le tourisme suite à la crise politique du début d’année, mais son futur mari vient de retrouver un travail de cuisinier dans un hôtel.

 

On se retrouve à l’aéroport et elle m’emmène chez elle ;  c’est vraiment sympa d’être accueilli dans une famille, je me sens tout de suite dans le voyage, dans la vie malgache.

     chez Niry 2jpg-copie-1

 

Petite anecdote :

Quand j’avais demandé à Niry ce qui lui ferait plaisir que j’apporte, elle ne m’avait pas demandé grand-chose : un gel douche ou autre d’une petite marque bien connue en France et un catalogue mode, en précisant que ce n’est pas obligatoire, c’est d’ailleurs le principe du couch-surfing de ne pas payer pour garder le coté authentique de l’échange.

En même temps, je ne vais pas non plus arriver chez quelqu’un sans rien amener !

Donc Niry est ravie de son gel douche et les 3 filles de la maison se sont précipitées sur les pages modes des catalogues 3S et LaRed que je trainais depuis paris ! Je n’aurais jamais imaginé qu’un catalogue 3S puisse faire autant plaisir ! Les filles ont été absorbées pendant plusieurs heures et faisaient déjà des projets d’acheter du tissu pour se confectionner certains modèles.

Pendant ce temps la, le petit dernier, David 4 ans, un petit cousin adopté, s’est bien amusé avec les crayons de couleur que j’avais apportés ; il a aussi apprit le nom de quelques couleurs.

 

Ensuite nous faisont un tour dans les ruelles voisines et au marché, il y a des mangues de partout, je suis aux anges ! Des fruits et légumes en toutes quantités et sous toutes formes, des carottes et choux râpés sur des nattes par terre (évidemment vaut mieux pas essayer, mon estomac ne supporterait peut-être pas), des fruits ou légumes que je n’ai jamais vu ni gouté avant, un vrai dépaysement.


                                   chez Niry-copie-1  

  mangues madag  marche tana 4
                              

Je passe une soirée sympa dans cette grande famille chaleureuse et suis invitée à partager leur diner. Le couch-surfing c'est vraiment sympa, je recommande !

Repost 0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 12:20

sorcière fait maison         deco halloween 2
la sorcière à l'accueil                     déco en cours

Avoir une déco sympa pour fêter Halloween c’est le minimum, alors j’ai fureté un peu partout pour trouver guirlandes, sorcières, poster, maquillage…

 

Les meilleurs points de vente que  j’ai trouvés sont : Gifi, Tout à 2€ centre ville, et surtout « C’est la fête » au forum où il y a des choses plus spécialisées (vernis noir pour les dents, boules de faux sang à croquer, perruques, déguisements etc.)


table apero          deco porte halloween

Marie-Françoise et moi avons passé une demi journée pour creuser des citrouilles, ce qui s’est avéré plus facile que ce qu’on pensait, et j’ai mis tout le monde à contribution pour apporter une entrée ou un dessert ;

 

Du coup j’avais plus de temps pour le reste et ça tombait bien parce que c’est quand même du boulot, rien que pour la déco j’ai passé 2 jours et le dernier jour il me restait à faire le cocktail, plat, salade, brownie, et bien sur mon déguisement.

 

 

D’abord voici le menu de la soirée, les invités ont essayé de deviner ce qu’ils allaient manger d'après le menu :

 
                        menu halloween

apero halloween  deguisement halloween

Après l’apéro nous avons voté pour distribuer les diplômes :



invite 2             invite 5 
Meilleur déguisement                  déguisement le plus morbide

invite             soiree halloween 2
le plus original                        compétition entre sorcières
 

Et comme tout diner ou repas de fête au pays basque, la soirée a continué en chansons ; pas besoin de karaoke, tout le monde a un carnet de chants avec paroles des chansons préférées pendant que ceux qui ne chantent (ou n’osent) pas battent le rythme avec tout ce qu’ils trouvent (table, verres, bouteilles, etc…). C’est une chouette tradition qui met vraiment l’ambiance !


dessert copie  dessert 2

                                               assortiment d'araignées en chocolat et bonbons

 

Pour toutes les photos de cette soirée délirante, c'est par là  @@@

Et pour la fête de l'année suivante c'est ici

 

 

Repost 0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 10:44

Départ à l’aube ce matin pour voir les animaux au lever du soleil : il est 6h30 nous sommes déjà dans le parc, les paysages sont magnifiques sous cette lumière.

 


Nous retournons voir où en sont les lions avec leur festin, les lionnes ont repris la place et mangent tranquillement. En chemin nous rencontrons des cobes, des impalas, des singes, des gazelles girafes qui se réveillent.

 


 

Nous quittons la plaine bien verte des lions pour la piste rouge et les rochers orangés ; il y a des points d’eau un peu partout et les animaux viennent nombreux pour y boire.

Pour notre dernier safari nous avons la chance de voir beaucoup de zèbres, d’éléphants et des girafes buvant ou se rafraichissant dans ce paysage de toute beauté.

 


Bilan de ce safari de 4 parcs en 8 jours : mes parcs préférés, ceux où on trouve le plus d’animaux sont le « Masai-mara » et « Tsavo est » tandis qu’Amboseli ne vaut que si le Kilimandjaro est dégagé et Tsavo ouest est carrément sans intérêt. On aurait pu faire 2 fois moins de route en voyant 2 fois plus d’animaux si on était resté plus longtemps dans les 2 meilleurs parcs…

 

Pour ceux qui veulent faire un safari :

Les temps cumulés pour rallier les réserves entre elles, sont au moins égaux sinon plus importants que la durée des visites en véhicule dans les réserves...! C'est une épreuve certaine pour les personnes qui ne seraient pas en pleine forme ; les moments de détente ou les visions fascinantes qui incitent à la contemplation sont comptés. Ceci dit, on le savait au départ mais il est utile de le redire. Voir autant de sites en un temps aussi court comporte des contraintes... toutes les agences proposent des safaris sur ce modèle, il est bien plus intéressant de prendre un safari « à la carte » pour pouvoir choisir son itinéraire en fonction de ce que l’on veut voir.

A signaler que j’ai rencontré pas mal de personnes mécontentes de l’agence Styl’voyages ou son associée à Mombassa « African safari ASDA ».

 

Repost 0
Published by Julia - dans Safari Kenya
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 19:46

Aujourd’hui nous n’avons que 45 mn de route à faire pour rejoindre le parc suivant, c’est une bonne nouvelle !

 

Nous arrivons sur le plateau de Yatta, l’une des plus grande coulées de lave du monde traversée à certains endroits par une rivière ; la piste qui longe cette espèce de gorge offre des vues magnifiques sur les palmiers et les bancs de sable peuplés d’hippopotames ou de crocodiles.

 


 

Puis nous roulons à nouveau un bon moment sans voir d’animaux ; le paysage alterne entre plaine aride couverte de buissons desséchés et plaine de terre rouge : les buissons sont sans feuille, recouverts de poussière grise ce qui fait penser à un maquis brulé,

 
 

Ou bien la terre est rouge partout, couleur dominante sur les animaux et les pistes, à tel point que j’ai l’impression d’avoir fait un mauvais réglage sur mon appareil photo…


 

Nous croisons soudain un troupeau de zèbres rejoint bientôt par une colonne d’éléphants, et le hasard faisant parfois bien les choses, précisément à cet endroit le chauffeur coupe le moteur pour nous laisser le temps d’admirer les animaux traverser la piste devant nous, c’est alors que le véhicule refuse de redémarrer !

 
 

Pour moi ça tombe très bien, je peux contempler les zèbres à loisirs, mais ce n’est pas l’avis du chauffeur qui n’aime pas du tout se trouver bloqué sur une piste au milieu des animaux (et d’éventuels braconniers, pirates ou autres). Pour des raisons de sécurité, il est interdit de descendre du véhicule sur les pistes, ce qui nous arrange bien pour une fois ! C’est donc le chauffeur accompagné du guide qui vont pousser à plusieurs reprises jusqu’à ce que Noëlle arrive à mettre le moteur en marche ! Ouf, le visage du chauffeur retrouve ses couleurs habituelles.

 

Le safari de l’après-midi nous offre un spectacle que nous n’avions jamais vu : les lionnes et les lions vont se disputer une carcasse de gnou sous l'oeil des renards qui attendent leur heure ; les lionnes viennent manger quand les lions décident que c’est leur tour, ils font le ménage autour d’eux.

 
la petite vidéo bouge un peu, excusez moi pour la qualité, c'est sur le vif : cliquez
sur la photo ci-dessous :



la journée se termine en apothéose sur ce magnifique spectacle.

Repost 0
Published by Julia - dans Safari Kenya
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 17:30

Ce matin nous explorons d’autres endroits du parc par un temps maussade ; le paysage est d'une platitude désolante. C’est en fait un lac salé desséché que les véhicules empreintent. De ce fait, et pour ne pas propager ce sel à la" semelle de nos pneus", la circulation y est interdite en dehors des pistes, sage précaution environnementale qui est unanimement respectée !...

 

La visite d’un village Massaï était prévue ce matin, mais le guide n’a visiblement pas envie de nous y emmener ; au lieu de ça nous faisons un dernier safari qui n’a pas grand intérêt : le Kilimandjaro est toujours invisible, le paysage est souvent désertique, il y a des cadavres d’animaux partout et il n’y a pas grand-chose à voir à part un éléphant, des grues royales et un hippopotame.



Nous partons pour Tsavo ouest, une route encore difficile et longue pendant laquelle nous pouvons nous arrêter pour admirer une coulée de lave solidifiée d’un ancien cratère ;

 

Plus loin nous faisons une courte promenade à pied le long des sources de Mzima : l’eau des sources est filtrée naturellement par les cendres volcaniques des montagnes voisines et arrive dans un plan d’eau entouré d’une végétation luxuriante.

                                   
 

Le safari de l’après midi nous offre un petit koudou, des éléphants se baignant, et quelques damans dans une termitière géante. 

   


 

Bilan de la journée : beaucoup de route pour pas grand-chose, on aurait pu se passer facilement de cette étape.

 



Repost 0
Published by Julia - dans Safari Kenya
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 16:33

Depuis notre arrivée au Kenya nous devions nous « entasser » à 7 personnes dans un minibus alors que l’agence nous avait promis  de ne pas être plus de 6 ; il faut dire que la famille de 4 personnes a apporté des valises énormes et que 2 bagages sont entre nos sièges, nous empêchant de circuler quand nous voulons prendre des photos debout.

 

Ce matin je change de véhicule et fais connaissance ave Micheline et Noëlle, 2 personnes fort sympathiques avec qui je m’entends de suite comme si on se connaissait depuis toujours. Nous avons le minibus pour nous 3, c’est impec !

Micheline et Noëlle ont visité un orphelinat pour éléphants et rhinocéros près de Nairobi, nous en reparlerons plus loin.        

 

Nous attaquons la route (et les pistes) pour le parc d’Amboseli vers 9h00 et après 5h00 nous arrivons enfin à destination ; les pistes étaient glissantes et chaotiques à tel point que nous avons surfé à un moment en travers de la piste et étions persuadés d’arriver dans le décor : le chauffeur a réussi malgré tout à reprendre le contrôle du véhicule, on se demande encore comment ! 

 

Cela dit, l’arrivée au parc est assez spectaculaire : après la piste poussiéreuse et un paysage banal, nous nous trouvons tout à coup devant des marais avec de l’herbe verte et beaucoup d’espèces d’animaux rassemblées, vivant ensemble en bonne harmonie.

 

Un lion, des buffles, le bain des éléphants,                                                                                       

L'éléphant est le plus gros mammifère terrestre
 

L. : 6,80 m à 7,50 m trompe allongée

H. : 2,50 à 3,30 m

P. : de 3 à 5 tonnes

P. défense : 45 kg

Oreille : 2 m x 1,50 m


Son nez, aussi long que ses pattes, lui sert de siphon, de schnorchel, de fusil à eau, de trompette et d’outil assez puissant pour arracher des branches d’arbres mais également assez délicat pour cueillir un petit pois, grâce aux 2 projections de l’extrémité qui sont comme des doigts.


Ses oreilles en éventail servent à éliminer la chaleur en rafraichissant le sang des veines qui passent sous la peau.

 





une girafe qui boit, c’est tout un programme : admirez le mouvement, on a mal pour elle ! 
(la photo n'est pas très nette, il fallait faire vite)

 

H. au sommet de la corne : 5,50 m

P. : de 700 kg à 1300 kg

Langue préhensile de 45 cm

La girafe se nourrit exclusivement de feuilles qu’elle peut atteindre jusqu’à 5 ,70 m du sol.     

des autruches, des hyènes, des gnous,  une maman zèbre et son petit se font des câlins, ils sont adorables


 

encore des lions, un couple qui se fait aussi un calin, des gnous, des gnous et des gnous ; à propos, savez-vous dire « I knew a new gnou knew me » avec l’accent anglais, il parait que c’est un casse-tête du genre « chasseur sachant chasser » pour nous !




le kilimandjaro ne veut pas se découvrir, nous arrivons tout juste à voir le sommet avant le coucher de soleil.

 
d'autres photos dans l'album

Repost 0
Published by Julia - dans Safari Kenya
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Julia (Bayonne-et-autour)
  • Le blog de Julia (Bayonne-et-autour)
  • : Evènements "nature" à Bayonne et autour, actions pour les animaux dans la région, voyage à Madagascar, safari au Kenya, chats,
  • Contact

Brésil

rio pain sucre photoJulia

Circuit avec Héliades

Bahia /

Rio /

Iguaçu /

Bahia

Recherche

Safari en Afrique

Tsavo-est-zebre-boit2.jpgSafari Kenya : 

Masai Mara, Amboseli,

Tsavo est, Tsavo ouest 

  

 

 

 

grumeti 2Tanzanie, Grande

migration Serengeti,

Ngorongoro

Tarangire

 

Madagascar

La marmaille à la case :

marmaille a la case

 

RN 7 - de Tana à Ifaty :

visage mada

 

Actions, végétarien, bio

Action pour les animaux,  mont de (mar)sang 180709

pique-nique végétarien,  

magasins bio sur Bayonne  

et la région 

 

   

                                                            

J'habite chez mes chats

 soleil.jpg

 

recettes pJe suis nulle en cuisine !...

Si vous êtes comme moi,

j'ai quelques recettes

rapides et inratables