Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 14:34

 

 

Voici ce qui m’a servi (ou qui aurait pu me servir si je n’avais pas oublié…) :

 

  

 

Contactez l'association :

 

http://marmaillealacase.free.fr/Accueil.htm
 

 

Avant de partir, imprimez les jeux éducatifs sur les pages et sites suivants, c'est génial pour apprendre en amusant les enfants :
http://www.ciel.fr/apprendre-francais/jeux-classe.htm
http://apprendre.over-blog.fr/10-categorie-10258869.html

 

 

 

Pour le vol on peut prendre la compagnie Air Austral, vol « direct » pour Tamatave (escale à la Réunion). Cette compagnie est très bien, notamment pour les repas, ça fait 2 fois que je la prends et j’ai toujours bien mangé et pour moi c’est rare (d’habitude en avion, rien que l’odeur du plat me coupe l’appétit). En plus en arrivant à Tamatave sans passer par Tana on gagne une journée de transport.

 

 

 

A Tamatave, on est obligé de passer une nuit, les taxi-brousse pour Sonierana ne partent que le matin ; aller la veille à la gare routière et réserver une place au guichet officiel. Il vaut mieux aussi téléphoner à Clément, un des chauffeurs de 4x4, pour s’assurer qu’il va à Manompana de Sonierana le jour ou vous voudrez y aller.

 

 

 

Au village ne pas oublier :

 

*      une lampe de poche et des piles ou mieux une lampe frontale

 

*      un parapluie, je me suis retrouvée bloquée plus d’une heure par une pluie battante

 

*      des antibiotiques en cas de diarrhées/crampes d’estomac/ballonnements sévères ainsi que des sachets pour se réhydrater

 

*      des chaussures de marche

 

*      des cachets pour désinfecter l'eau sinon ne buvez que de l’eau en bouteille

 

      *     les médicaments que vous n'utilisez plus ou qui sont périmés, pour les donner au dispensaire du village, il manque de tout.

 

  

 

J’en oublie surement, n’hésitez pas à me poser des questions mais lisez d'abord mes 6 articles précédents sur le sujet.

 

 

 

Bon voyage !!!

 

 

 

Repost 0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 18:39

10 jours c’est vite passé et c’est déjà mon dernier jour. Je fais mes adieu aux enfants et Madé m’invite chez elle ; son mari gardait leur petite boutique; je m’installe sur un tabouret et discute un peu pendant que Madé sert ses clients ; c’est minuscule mais il y a de tout : des légumes secs, du riz, de l’huile vendue au centilitre dans de vieilles bouteilles en plastique, des sucettes qui ont l’air d’être là depuis des années, des médicaments etc… je me sens comme chez moi, cette petite famille est adorable. Je pense souvent à eux et aimerais retourner les voir un jour.

   
Je vais prendre un thé à la citronnelle chez François, le responsable du centre. Il habite sur un beau terrain où il vient de planter des caféiers, citronniers, manguiers,  avocats et ananas. Sur son terrain il y a aussi 2 bungalows pour les bénévoles, une cuisine où je fais mes repas, un salon très confortable, une douche dans un coin et des WC secs dans un autre ; vous allez me dire « puisqu’il y a des bungalows, pourquoi étais-je à l’hôtel ? » ; eh bien la réponse c’est que j’ai un très mauvais souvenir des WC au fond du jardin chez ma grand-mère et je crains les bestioles ; en plus sans électricité ni lampe de poche en pleine nuit, il ne faut pas être pris d’une urgence !...

 
la cuisine collective et le salon

 
le coin vaisselle                                             les plantations et un bungalow d'accueil


En tous cas, je tiens à remercier François de m’avoir accueillie et d’avoir accepté ma candidature en tant que bénévole, car sans expérience particulière auprès des enfants ni de formation médicale, il est difficile de trouver une association. Au passage je signale que de plus en plus d’associations recrutent des bénévoles et leur font payer leur séjour le même prix que pour des vacances, ce n’est pas le cas à « la marmaille ».


En arrivant à Manompana, je n’étais pas sûre de pouvoir apporter quelque chose aux enfants ; j’ai été tellement bien accueillie que j’ai pris confiance en moi et tout s’est très bien passé ;

En repartant de Manompana, je ne pas sûre d’avoir apporté aux enfants autant que ce qu’ils m’ont donné ; leur joie de vivre est communicative !

Repost 0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 18:40

 

Madé est une jeune femme de 26 ans qui vient tous les jours à l’assos’ pour améliorer son français ; ayant peu fréquenté l’école pendant sa jeunesse, elle compense maintenant, et c’est bien.

Elle est la seule adulte qui fréquente l’assos’ elle fait beaucoup d’efforts mais reste très timide et réservée devant les enfants qui ne parlent pas mieux qu’elle la plupart du temps.


Au retour de l’excursion d’hier je pensais avoir des courbatures et je lui avais donné rendez-vous à mon bungalow. Aujourd’hui elle a donc droit à un cours particulier de français et elle fait beaucoup de progrès ; puisque finalement je n’ai pas de courbature nous allons nous promener en dehors du village, à la presqu’ile de Mahele ; il y a une très jolie baie et un banc de sable blanc à un bout.



   Madé avec Néticia sa fille (4 ans)


 
 

La moitié du chemin est ombragé car nous sommes en forêt, j’en profite pour faire réviser les noms des plantes et des arbres à Madé. Elle arrive à faire des phrases entières, je suis contente, en plus elle me dit qu’elle parle mieux français depuis que je suis là ; alors ça c’est un super compliment, mission réussie !

Ensuite nous nous baignons à la plage devant mon hôtel car on a pied très loin, et Madé ne sait pas nager.


Journée tranquille et très sympa.

Repost 0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 17:49

Ça fait une semaine que je suis là et je n’ai rien vu d’autre que le village et l’association ; il faut dire qu’avec la chaleur, rien que d’aller à l’assos’ je suis en nage et je dois perdre un demi litre d’eau à chaque fois ! Dommage, il n’y a rien à louer : ni vélo ni quad ni autre et le taxi-brousse ne passe pas à heure fixe. Aujourd’hui j’ai organisé une sortie à la forêt protégée d’Ambodiriana avec des enfants. http://www.adefa-madagascar.org/index.php
Nous partons donc à 9h30 du village pour rejoindre la forêt primaire ; en chemin, Clément notre guide, nous indique les plantes médicinales et leurs vertus, ainsi que les plantes nocives, les arbres fruitiers ou à épices, c’est très intéressant. Nous traversons des rizières, croisons des personnes qui y travaillent avec des zébus ; tout est très vert, d’ailleurs la multitude des différents tons de vert dans le paysage est impressionnante et le soleil donne encore plus d’éclat aux paysages, c’est franchement magnifique.

  

    


Nous traversons aussi plusieurs rivières bienvenues pour nous rafraichir et faire un concours de ricochées. A midi nous arrivons enfin à l’entrée de la forêt primaire et rejoignons rapidement la cascade : un endroit formidable pour se baigner, se rafraichir et s’amuser.



 

Après la baignade et le pique-nique nous essayons de monter plus haut pour voir la 2ème et la 3ème cascade où il y a des piscines naturelles, mais le chemin est trop escarpé et à flanc de montagne, j’abandonne ! Nous rebroussons chemin et retournons au village. En chemin le pisteur cueille des oranges vertes et des oranges sauvages, c’est très rafraichissant, un peu plus acidulé. Plus loin je vois des oranges par terre et vais pour les ramasser mais  Madé, une des participantes, m’explique qu’on ne ramasse pas les fruits à terre ; d’après une croyance, les fruits ont pu être mis la par une sorcière et pourraient contenir un sortilège ; je trouve ça très poétique.

Je retrouve ma case à 18h00, complètement exténuée, mais avec plein de nouvelles images dans la tête.

 


Repost 0
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 18:14

Comme toujours, je suis intimidée par tous ces bambins qui me dévisagent et je me demande si je vais réussir à m’en sortir, mais surtout je ne le montre pas (résultat d’une longue pratique) et me jette immédiatement dans l’action : j’ouvre le dossier de jeux éducatifs téléchargés sur internet http://www.ciel.fr/apprendre-francais/jeux-classe.htm (au passage je remercie le site, les exercices sont super bien faits) et explique ce qu’on va faire ; l’animateur, Lézan, traduit pour les plus petits qui ne parlent pas encore bien français. Les enfants sont très enthousiastes et m’aident à couper, plier, coller les feuilles afin de réaliser les accessoires dont on va se servir. Puis le jeu est lancé, les plus grands essaient d’évincer les petits qui ne réagissent pas assez vite à leur gout ou essaient de sauter le tour des autres, un peu de discipline s’impose. A mon grand étonnement j’arrive à calmer les plus agités et à faire participer les plus timides, je suis assez fière de moi !


 

 

Une fois avoir fait 5 tours de jeux et que chacun a à peu près compris ce qu’on fait, l’agitation reprend et j’invite les enfants à jouer à « 1.2.3 soleil » sur la terrasse ; ils ne connaissaient pas ce jeu et sont ravis ; poses incroyables, batailles pour la première place, sourires et rires, ils se défoulent.


 
 

Nous reprenons ensuite d’autres exercices en alternant avec des jeux (la chandelle ou autre) puis arrive la fin de la journée et tout le monde s’en va à 17h00.

 

Je reprends le chemin de ma case et croise un troupeau de zébus qui traverse tous les jours le village à la même heure.

  

A la moitié du chemin j’arrive à une grande maison en dur, on pourrait croire qu’il y a une superette moderne à l’intérieur mais c’est exactement la même chose que les autres échoppes, à part un petit détail : il y a un énorme frigo à gaz ; là je fait une pose et m’offre un coca bien frais, un véritable luxe, une impression de renaissance, une sensation de sérénité incroyable pour 0,50 € ! Après cette pause salvatrice, je continue ma route en pensant à quel point nous sommes gâtés en France, nous pouvons choisir chaque jour parmi une variété infinie, quel légume ou quel plat nous allons manger. Pendant ce temps là, ici, il n’y a que ce qui est produit localement dans les épiceries, poisson, poulet, riz, et quelques fruits et légumes. Ne vous attendez pas à trouver du saucisson ou du Nutella (à moins de l’avoir amené dans vos bagages !), oubliez le fromage, les glaces, ou le chocolat…

Personnellement, je ne suis pas venue pour manger français et ça ne me gène pas  pour les vacances, mais quand même, on a été trop gâté ! Les gens ici sont contents avec ce qu’ils ont, ils font avec les moyens du bord et je ne suis pas sure qu’ils soient plus heureux quand le progrès les aura rejoint… enfin d’ici là, il y le temps…


 

Repost 0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 16:27

Après une baignade dans la mer ce matin, je me mets en route pour visiter le village et me présenter à l’association sous une chaleur torride. En chemin je croise les écoliers qui me disent tous « bonjour » puis « comment tu t’appelles ? » la conversation est engagée, je leur annonce que je suis la nouvelle bénévole à l’association de soutien scolaire et que j’espère les y revoir bientôt.


Dans la rue principale du village il y a une enfilade de cases d’où les plus jeunes enfants me crient « bonjour vaza » ( bonjour étrangère ) et sont tout heureux quand je leur réponds ; il y a aussi beaucoup d’échoppes où j’achète aussitôt les mini bananes qui sont tellement savoureuses ici ; par contre je ne vois nulle part de mangue, ce n’est pas la saison, moi qui pensait manger des mangues à longueur de journée c’est rapé…


 

Plus loin je demande des tomates et on me dit d’aller au « bazar » en fait c’est le marché : quelques femmes assises par terre avec leurs légumes ou poissons séchés disposés sur une natte.


 (la boucherie)


J'ai bien cherché dans tout le village, mais il n'y a aucun moyen de transport, à part le taxi-brousse qui passe à peu près tous les jours. La location d'un vélo m'aurait bien aidée, d'autant que la piste est assez plate dans le coin, malheureusement il n'y a absolument rien à louer à Manompana : ni vélo, ni pousse-pousse, ni quad, ni 4x4, voila je suis condamnée à marcher à pied.
Finalement après un bon kilomètre de marche sous le cagnard et environ 35 « bonjour/ comment tu t’appelles ? / je m’appelle Julia et toi ? » je trouve l’association pour laquelle je suis venue ici  http://marmaillealacase.free.fr/accueil.htm

 


 

Le centre propose une bibliothèque (albums, BD, encyclopédies illustrées, journaux, magazines), et quelques jeux de sociétés.

 

Des activités sont centrées sur des pratiques attractives du français, à l'oral (discussion, lecture de presse, chansons, marionnettes et jeux) et conduites par un animateur.

Cette association n'a pas été faite dans un but honorifique, mais pour aider les enfants. Donc il n'existe aucun critère de sélection. Le principal est que tout le monde puisse en retirer un bénéfice. Vous ne venez pas ici pour travailler mais pour partager votre savoir et votre joie de vivre.

 

Repost 0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 14:53

Comme prévu le voyage a été long et épuisant, je n’ai pas eu le loisir de profiter des paysages étant trop fatiguée ; les 50 derniers km en 4x4, on les a fait en seconde à cause de l’état de la piste, résultat 3 heures pour faire la distance !

Mais je suis récompensée en arrivant à l’hotel situé devant une magnifique plage ; les bungalows sont disposés dans un jardin très fleuri, je vous laisse admirer la vue de ma chambre ; quel plaisir de se réveiller le matin devant ce paysage splendide et de courir se mettre à l’eau après avoir sauté dans mon maillot de bains !


 

 

La visite du bungalow est vite faite : une terrasse extérieure et à l’intérieur le lit avec une moustiquaire, une table et une chaise ; dans la salle de bains un espace douche avec 4 grands sceaux d’eau et un espace wc avec 2 sceaux d’eau ; et oui c’est l’immersion totale dans la vie malgache sans électricité ni eau courante, (et encore, ça c'est la version confort de la vie locale) dépaysement garanti.


Je vais vite fait prendre une douche froide et manger un morceau avant de me coucher, heureuse d’être enfin arrivée.

Repost 0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 16:49

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi ce nom m’a toujours fait rêver : les lémuriens, les baobabs géants, la vanille, les îles paradisiaques, les plages de sable fin, des rites ancestraux, une population attachante, des expéditions en 4x4 pour découvrir des villages perdus…

 

Bon j’arrête de rêver parce que demain c’est le départ ! et là je vais voir la réalité : pour le moment je ne sais pas encore si je vais avoir un « choc » mais voici ce qui m’attend, description faite par la gérante du parc Adefa http://www.adefa-madagascar.org/ :

 

Répondre à la question  « combien de temps pour aller de Tamatave à Manompana » est toujours un peu hasardeux... 200 kms qui peuvent demander un jour entier de voyage, peut-être 2 ou 3…

A partir de Soanierana-Ivongo fin de la route, début de l’aventure, les traversées de rivières sur les 3 bacs, les passages à gué des ruisseaux, les kilomètres de dunes en bord de plage prendront un temps variable suivant l’état de la piste, l’heure des marées et les conditions météo…


Au moins me voila prévenue !

Arrivée à destination, c’est-à-dire Manompana, pas d’électricité donc pas d’internet, vous aurez les nouvelles à mon retour. Mais vous pouvez aller voir le site de l’association qui va m’accueillir pour vous donner une idée :

http://marmaillealacase.free.fr/La_marmaille/activites.html




  le port d'embarquement

  le bac

Quelques généralités sur Manompana :

Le village de MANOMPANA est situé sur la côte est, en bord de mer, à 200 kilomètres au nord de Tamatave et à 500 kilomètres de Antananarivo, la capitale.

La commune s'étend sur 20 kilomètres. La population est d'environ 10 000 habitants, jeune en majorité, avec un taux de natalité élevé. Les gens vivent principalement de la pêche, de l'agriculture et du travail du bois.

Ils cultivent principalement le riz qui est la base alimentaire de tous les repas. Les autres cultures sont la canne à sucre, le manioc et la patate douce. Ils vivent également de cueillettes saisonnières (noix de coco, mangues, café, lychees, fruits de la passion.…)

Le girofle et la vanille sont des sources de revenus.

Ils élèvent des volailles (poulets, canards, oies et dindons) et également des zébus (emblème de Madagascar), mais le zébu reste un signe de richesse. Sa viande est comparable à celle du bœuf, elle est présente à toutes les fêtes ancestrales.

Les gens ont le culte des ancêtres. Cependant la religion reste le christianisme, depuis les premières colonisations. Madagascar est un pays indépendant depuis 1960.

L'école est obligatoire à partir de 6 ans.

La langue parlée à l'école à partir de la 3ème année de scolarité devrait être le français, mais reste difficile à appliquer par le manque d’enseignant en zone rurale. La langue officielle est le malgache.

En dehors de l'école, les enfants font certaines tâches ménagères, ils aident leurs parents :

Aller chercher du bois, de l'eau, aider à la moisson du riz. Mais ils trouvent le temps de jouer !!

Il n'y a pas d'électricité, les gens s'éclairent à la lampe à pétrole, et la cuisine est faite au feu de bois ou au charbon, d’où une déforestation alarmante.

Il y a aussi un hôpital, mais les médicaments restent chers, les gens croient beaucoup en la médecine traditionnelle qui est à base de plantes.

Le paludisme est la première cause de mortalité à Madagascar.

Les gens habitent dans des maisons sur pilotis en bois et palmier, construites par eux-mêmes, ce sont des maisons rudimentaires car chaque année ils ne sont pas à l'abri d'un cyclone.

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Julia (Bayonne-et-autour)
  • Le blog de Julia (Bayonne-et-autour)
  • : Evènements "nature" à Bayonne et autour, actions pour les animaux dans la région, voyage à Madagascar, safari au Kenya, chats,
  • Contact

Brésil

rio pain sucre photoJulia

Circuit avec Héliades

Bahia /

Rio /

Iguaçu /

Bahia

Recherche

Safari en Afrique

Tsavo-est-zebre-boit2.jpgSafari Kenya : 

Masai Mara, Amboseli,

Tsavo est, Tsavo ouest 

  

 

 

 

grumeti 2Tanzanie, Grande

migration Serengeti,

Ngorongoro

Tarangire

 

Madagascar

La marmaille à la case :

marmaille a la case

 

RN 7 - de Tana à Ifaty :

visage mada

 

Actions, végétarien, bio

Action pour les animaux,  mont de (mar)sang 180709

pique-nique végétarien,  

magasins bio sur Bayonne  

et la région 

 

   

                                                            

J'habite chez mes chats

 soleil.jpg

 

recettes pJe suis nulle en cuisine !...

Si vous êtes comme moi,

j'ai quelques recettes

rapides et inratables